Accueil > littérature > Le désespoir muet: le tragique selon Branimir Scepanovic

Le désespoir muet: le tragique selon Branimir Scepanovic

Il est des livres qui vous hantent, bien après que vous eussiez fini leur lecture. La bouche pleine de terre, de Branimir Scepanovic, en fait partie. Ce petit livre (une centaine de pages, en petit format) possède une puissance rarement égalée; il est vrai que le thème de la nouvelle et sa narration happent le lecteur par les trippes. Voyons comment.

Un homme descend d’un train, au milieu de nulle part – nulle part, c’est-à-dire l’Europe de l’Est, la Serbie, les montagnes du Monténégro étant la toile de fond de cette histoire. Cet homme désire mourir, mais à la suite d’un quiproquo, il se retrouve poursuivi par une foule qui n’a qu’une envie: lyncher l’étranger. Tout le mécanisme de la violence émissaire, comme le dirait Girard, est dévoilé ici: car il est étranger, autre, il devient le bouc émissaire d’une foule furieuse.

Dado, Montenegro, pointe sèche, 50 × 40 cm, 1974.Dado, Montenegro, pointe sèche, 50 × 40 cm, 1974.

Là où Scepanovic est ingénieux est dans sa maîtrise de la narration à deux voix: on passe constamment de la foule à l’étranger, les mêmes situations sont décrites deux fois, mais d’un point de vue différent. Le lecteur arrive à appréhender l’incompréhension entre cette foule et cet homme seul et suicidaire. Et le coup de maître de Scepanovic est de nous faire entrer dans la mentalité de la foule grâce à une focalisation interne, le narrateur en faisant partie, alors que nous voyons toujours l’homme de loin (narration à la troisième personne et focalisation externe). Le lecteur ainsi participe également à la poursuite de l’étranger – contre son gré, mais pris dans les filets de l’auteur.

La bouche pleine de terre est un grand récit, important par son sujet (n’oublions pas que la Serbie a été le lieu d’atrocités commises il n’y a pas si longtemps) et par l’habileté d’écriture de Scepanovic. A lire.

Branimir Scepanovic, La bouche pleine de terre, Editions du Rocher, Coll. Motifs, 5,50 euros.Branimir Scepanovic, La bouche pleine de terre, Editions du Rocher, Coll. Motifs, 5,50 euros.

Publicités
Catégories :littérature
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :