Accueil > littérature > Légende(s) d’un suicide: Sukkwan Island de David Vann

Légende(s) d’un suicide: Sukkwan Island de David Vann

Absurdity is all that makes grief bearable.

Legend Of A Suicide, p.205

Il est difficile de parler de ce livre, surtout lorsqu’on vient seulement de le terminer. Il est encore plus difficile de le garder pour soi. Par où commencer? Tout d’abord par l’édition du roman.

(Copyright David Delaporte) David Vann

En France, l’éditeur a décidé de ne garder de l’édition originale que la nouvelle centrale, intitulée ‘Sukkwan Island’ et de la publier comme un roman indépendant. L’édition originale est en fait un recueil de nouvelles, de longueurs diverses (‘Sukkwan Island’ étant la plus longue), mais toutes essentielles à l’oeuvre. David Vann utilise les nouvelles comme autant de points de vue différents traitant tous du même sujet: le suicide d’un père et la réaction de son jeune fils de treize ans, Roy. Legends Of A Suicide (qui est le titre américain) est une oeuvre kaléïdoscopique, une spirale qui nous attire vers le fond de l’abysse et de la folie et nous montre tout ce qui aurait pu se passer lors de la même situation de base. C’est un véritable exercice de style, et David Vann assurément un maître de la fiction (ce qui rend incompréhensible que ce roman eût été refusé de nombreuses fois et soit resté pendant douze ans dans les tiroirs de l’auteur à attendre sa publication…). Ce n’est pas pour rien qu’il remercie Cormack McCarthy à la fin du livre. Sukkwan Island n’a rien à voir avec The Road, mais est tout aussi poignant et bouleversant, et est également un livre dont on se souvient bien après avoir refermé la couverture.

La nouvelle qui a été traduite en français, « Sukkwan Island », a fait déjà couler beaucoup d’encre, et c’est sur cette nouvelle, centrale, que la renommée du livre s’est construite. Un jeune garçon de treize ans, Roy, accepte l’invitation de son père à passer avec lui une année entière sur l’île de Sukkwan, en Alaska. Une année entière à vivre dans une cabane dans les bois. Et c’est absolument tout ce que je peux vous dire sans risquer de dévoiler plus de l’intrigue. Sachez simplement que cette histoire est l’histoire de David Vann lui-même, à la différence que lui a refusé l’invitation de son père à vivre en autarcie sur Sukkwan. Quelques semaines plus tard, James Vann se tirait une balle dans la tête. Dans cette longue nouvelle, David Vann évoque la mémoire de son père et imagine ce qui aurait pu se passer s’il avait accepté.

Legend Of A Suicide est un livre très noir, glauque, désespéré: c’est un tombeau. Un tombeau d’une noirceur aveuglante.

Une lecture essentielle.

Sukkwan Island, David Vann, Editions Gallmeister, 22€50
Legend Of A Suicide, David Vann, Penguin, 11€10 (prix conseillé)
Publicités
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :