Archive

Posts Tagged ‘Gallimard’

La poétique des corps brisés d’Antoni Casas Ros

avril 7, 2009 Laisser un commentaire

Le corps est au centre de l’écriture d’Antoni Casas Ros.

Ce corps doit être de préférence brisé, mutilé, atomisé – féminin, masculin, androgyne…  et derrière les corps, les échos désincarnés des poètes sud-américains, Juarroz en tête (on se souvient du leitmotiv « Au centre du vide, il y a une autre fête » de son premier roman Le théorème d’Almodovar). Ainsi, les 39 ‘nouvelles’ réunies dans le volume intitulé Mort au romantisme mettent en scène ces corps avec et sans organes qui passionnent et fascinent tant l’écrivain défiguré.

Copyright Antoni Casas RosCopyright Antoni Casas Ros

On passera sur la pseudo-polémique infertile au possible consistant à se demander qui est véritablement Antoni Casas Ros,  pour se concentrer sur ce qui importe: la littérature. Le style de Casas Ros est magnifique. Chacune de ces nouvelles est un petit chef-d’oeuvre d’inventivité et de maîtrise renouvellée de l’écriture. Mort au romantisme est donc à se procurer le plus vite possible, en même temps que le premier roman de l’écrivain catalan, Le théorème d’Almodovar.  Le plus dur reste à attendre le prochain roman, intitulé Enigma, qui sera publié par Gallimard. Mais quand?

Mort au romantisme, Antoni Casas Ros, Gallimard, 13 euros.Mort au romantisme, Antoni Casas Ros, Gallimard, 13 euros.

http://casasros.blogspot.com/

Publicités

Dernières lectures… 16/03/2009

mars 16, 2009 1 commentaire
  • Je viens de parcourir Sur les falaises de marbre de Ernst Jünger. Chef-d’oeuvre romantique allemand, cet ouvrage est porté par un souffle rare et un style magnifique.

Ernst Jünger, Sur les falaises de marbre, Gallimard Limaginaire, 7,50 euros.Ernst Jünger, Sur les falaises de marbre, Gallimard « L’imaginaire », 7,50 euros.

  • Je n’aime pas particulièrement Marc-Edouard Nabe, mais je dois avouer avoir bien ri en lisant Le vingt-septième livre, qui est réédité aujourd’hui par Le dilettante. Ce livre, tout d’abord préface à la réédition du tout premier livre de Nabe, Au régal des vermines (à éviter), est avant tout un chef-d’oeuvre de mauvaise foi et d’ironie cinglante, la cible étant Michel Houellebecq. Pauvre Houellebecq! La plume acérée de Nabe n’en finit pas de le transpercer de sa verve acide. On recommande particulièrement.

Marc-Edouard Nabe, Le Vingt-Septième Livre, Le Dilettante, 10 euros.Marc-Edouard Nabe, Le Vingt-Septième Livre, Le Dilettante, 10 euros.

  • Sinon, je viens de commencer Lord Jim, de Conrad. Les premières pages sont excellentes, et je suis certain que ce livre va être une grande lecture…

Joseph Conrad, Lord Jim, Oxford Worlds ClassicsJoseph Conrad, Lord Jim, Oxford World’s Classics

Bonnes lectures à vous!