Archive

Posts Tagged ‘rentrée littéraire’

Rentrée littéraire: les livres que j’ai envie de lire

août 26, 2011 1 commentaire

En ces temps de rentrée littéraire, il faut savoir faire le tri des livres qui arrivent dans les librairies, et souvent (pour moi, en tout cas), ce sont les livres que j’attends avec impatience que je lirai en premier. Lesquels sont-ils?

Emmanuel Carrère, Limonov

Je suis ‘fan’ d’Emmanuel Carrère depuis plusieurs années déjà, depuis que je suis tombé par hasard sur Un roman russe, et que j’ai par la suite dévoré plusieurs de ses autres romans. Limonov semble être un grand Carrère. Sa lecture nous le prouvera.

Présentation de l’éditeur:

« Limonov n’est pas un personnage de fiction. Il existe. Je le connais. Il a été voyou en Ukraine ; idole de l’underground soviétique sous Brejnev ; clochard, puis valet de chambre d’un milliardaire à Manhattan ; écrivain branché à Paris ; soldat perdu dans les guerres des Balkans ; et maintenant, dans l’immense bordel de l’après-communisme en Russie, vieux chef charismatique d’un parti de jeunes desperados. Lui-même se voit comme un héros, on peut le considérer comme un salaud : je suspends pour ma part mon jugement.

C’est une vie dangereuse, ambiguë : un vrai roman d’aventures. C’est aussi, je crois, une vie qui raconte quelque chose. Pas seulement sur lui, Limonov, pas seulement sur la Russie, mais sur notre histoire à tous depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. »

Les premières pages du roman sont consultables sur le site de P.O.L.

Sortie en septembre, 496 pages, 20 €

Antoni Casas Ros, Chroniques de la dernière révolution

J’ai découvert Antoni Casas Ros avec Le théorème d’Almodovar, puis j’ai continué à le lire lorsque son recueil de nouvelles Mort au romantisme est paru, puis Enigma, son deuxième roman. Même si je me dois d’émettre quelques réserves sur ce deuxième roman, il faut avouer que Casas Ros est très certainement l’un des plus grands stylistes d’aujourd’hui et la sortie d’un nouveau roman, au titre si intriguant, me donne très envie de lire ce livre.

Présentation de l’éditeur:

« Splendeur des corps nus qui s’approchent du parapet sur lequel ils montent. Dernières secondes de silence. Ils redescendent, prennent du recul, une dizaine de mètres. Ils s’embrassent les uns et les autres puis chacun prend ses marques et dans un cri : « Freedom ! » ils s’élancent franchissent le parapet, et se jettent dans le vide. Le toit désert. Je me penche et vois les corps nus voltiger, certains plus loin que d’autres. Des cris instinctifs, des visages qui se lèvent vers le ciel et voient cette pluie de corps libres qui vient percuter l’asphalte dans un bruit mat. D’autres cris s’élèvent. Seuls les corps disloqués et sanglants ont atteint le grand silence. Je vomis, mon corps se met à trembler. »

Je suis Chroniqueuse. J’ai dix-huit ans. Je vis à Barcelone. Vendredi soir. Je vais à une fête. Les images du sacrifice des membre de Flying Freedom passent en boucle sur toutes les chaînes de télévision, sur les blogs. Plus de sept mille blogs créés depuis l’événement londonien. Les tours, les ponts, tous les lieux desquels on pourrait se jeter sont surveillés. Des hélicoptères coupent le ciel de leurs pales. Flying Freedom a éclipsé le terrorisme. Le ciel n’est pas contrôlable.

En librairie le 8 septembre 2011, 320 p., 17 € 90.

Boualem Sansal, Rue Darwin

Le village de l’allemand, le précédent roman de Boualem Sansal, a été une lecture bouleversante. Cet auteur algérien vaut véritablement la peine d’être (re)connu pour ses écrits courageux et lucides. J’attends énormément de ce nouveau roman.

Présentation de l’éditeur:

« Je l’ai entendu comme un appel de l’au-delà : « Va, retourne à la rue Darwin. »
J’en ai eu la chair de poule.
Jamais, au grand jamais, je n’avais envisagé une seule seconde de retourner un jour dans cette pauvre ruelle où s’était déroulée mon enfance. »
Après la mort de sa mère, Yazid, le narrateur, décide de retourner rue Darwin dans le quartier Belcourt, à Alger. « Le temps de déterrer les morts et de les regarder en face » est venu.
Une figure domine cette histoire : celle de Lalla Sadia, dite Djéda, toute-puissante grand-mère installée dans son fief villageois, dont la fortune immense s’est bâtie à partir du florissant bordel jouxtant la maison familiale. C’est là que Yazid a été élevé, avant de partir pour Alger. L’histoire de cette famille hors norme traverse la grande histoire tourmentée de l’Algérie, des années cinquante à aujourd’hui.

Encore une fois, Boualem Sansal nous emporte dans un récit truculent et rageur dont les héros sont les Algériens, déchirés entre leur patrie et une France avec qui les comptes n’ont toujours pas été soldés. Il parvient à introduire tendresse et humour jusque dans la description de la corruption, du grouillement de la misère, de la tristesse qui s’étend… Rue Darwin est le récit d’une douleur identitaire, génératrice du chaos politique et social dont l’Algérie peine à sortir.

En librairie le 25 août 2011, 256 p., 17 € 50.

Et vous, quels sont les romans que vous attendez pour cette rentrée littéraire?

Hors-saison: La mauvaise surprise de Tristan Ranx.

septembre 14, 2009 Laisser un commentaire

Quel dommage. On ne pourra pas me reprocher d’avoir attendu avec impatience ce livre, mais lorsque je l’ai lu j’ai été très déçu… Déçu de quoi? Hé bien, déçu que l’auteur ait tout simplement gâché son sujet. Le sujet du livre était parfait. Propre à un roman épique et flamboyant. D’ailleurs, je suis persuadé que c’est exactement ce que Ranx avait en tête. Mais il sabote lui-même tout son bouquin. Comment?

Tout d’abord, la première critique que je ferais serait de reprocher à La cinquième saison du monde de ne pas être assez épique. C’est un roman qui manque de romanesque. Oui, étant lecteur et passionné de l’histoire de Fiume (je l’ai déjà écrit ici et là), je voulais lire la prise de Fiume par D’annunzio, je voulais sentir le sang et la glaize, entendre les fusils et entrer dans la ville assiégée dans le cortège royal du Poète, comme l’appelle Ranx.

L’action du livre, pour être plus général, est trop rapide. Il aurait fallu laisser le temps au livre de se lancer, dans la douceur, présenter les personnages un par un, en développant leur caractère propre. Tous les personnages sont extrêmement intéressants et riches, mais au niveau de ce que l’on appelle en critique anglaise characterization, tout est trop rapide. On aurait aimé que Guido Keller, par exemple, entre dans l’action de manière plus souple, et que l’on apprenne à le connaître pendant quelques chapitres, en compagnie du narrateur Cellini. Pour le dire simplement, j’ai l’impression que tous les personnages sont des personnages plats*, qu’ils n’ont pas été développés comme ils auraient dû l’être, ou comme ils l’auraient mérité.

La narration en elle-même est, selon un choix de l’auteur, brisée, telle un kaléidoscope, qui ferait un aller-retour permanent entre 1919 et 1937-9. Pourquoi pas. C’est une très bonne idée. Le problème vient du fait que trop d’épisodes ne sont tout bonnement pas racontés; l’ellipse, si elle est parfois d’utilité, est ici sur-utilisée et nuit à la continuité du récit: trop de décrochage diégétique tue le récit. On aurait préféré que l’on s’attarde un peu plus sur les détails, et que l’on fasse entrer le lecteur dans l’histoire plutôt que de tout simplement lui balancer les différentes étapes du récit dans la tête. On ne comprend pas toujours le choix de coupures entre les paragraphes, sauf celui de créer un effet d’emphase sur le paragraphe décroché du reste du texte, mais en multipliant les coupures, on perd l’effet… pour en gagner un autre, celui d’une sensation de délayage. Gageons tout de suite que ce n’était pas dans l’intention de l’auteur de créer ce dernier effet…

A vrai dire, le gros défaut de ce livre est apparemment le manque de contrôle éditorial. Après tout, Ranx a gagné le Prix du Manuscrit Technikart, et effectivement, n’importe qui accorderait à un manuscrit comme celui-ci un prix voire un contrat d’édition. Y a-t-il eu un véritable travail d’édition et de travail sur le texte à la suite de ce contrat chez Max Milo? Aucune idée. Sûrement, oui. Etait-il suffisant? Probablement pas. Est-ce dommageable? Sans aucun doute.  Les critiques que j’émets sont après tout extrêmement basiques, et n’importe quel éditeur serait à même de faire les mêmes, et surtout de pouvoir pallier à ces failles que je ne fais que pointer du doigt.

Je me rends compte que je suis très critique. La cinquième… a également nombre de qualités, et la moindre de ces qualités n’est pas le style de l’auteur, qui signe quelques morceaux de bravoure littéraire à faire rougir n’importe quel littérateur people d’aujourd’hui. La construction du livre, tout en abyme(s), est un véritable coup de génie, et le tout, cette chose littéraire qu’est le premier roman de Tristan Ranx, exude un parfum de nouveauté et de grâce. Et c’est justement parce que c’est un premier roman, déjà primé (Prix Technikart), et que nous savons (espérons) qu’il y en aura d’autres, que nous invitons nos lecteurs à lire ce livre, et l’auteur, s’il nous lit, à faire un léger effort, dont il sera récompensé au centuple, celui d’écrire un prochain roman plus romanesque.

La cinquième saison du monde, Tristan Ranx, Ed. Max Milo, 320p., 19,90 euros.La cinquième saison du monde, Tristan Ranx, Ed. Max Milo, 320p., 19,90 euros.

Je fonde mes critiques sur un rapprochement que j’ai opéré dès que j’ai ouvert et lu les premières pages de La cinquième…, un rapprochement entre Ranx et un auteur britannique que j’aime beaucoup, Michael Moorock. Les deux ont en commun ce goût pour les ambiances d’apocalypses joyeuses (sauf que Moorcock a quarante ans d’avance). L’anglais a déjà donné dans le roman historique décadant avec sa quadrilogie Between The Wars (aussi surnommée The Pyat Quartet), dans laquelle il trace le portrait d’un vingtième siècle pourrissant via le personnage ambigu du Colonel Pyat, juif antisémite, génie auto-proclamé, menteur accompli, et aventurier d’exception. Je conseillerais à tous ceux qu’un roman d’aventures intelligent et subversif intéressent de se procurer le plus vite possible Byzantium Endures, le premier volume des aventures du Colonel Pyat, en anglais pour les courageux (l’édition française, Byzance 1917, n’étant plus disponible).

Byzantium Endures, Michael Moorcok, Vintage, 6£80Byzantium Endures, Michael Moorcok, Vintage, 6£80

*En suivant la typologie de Forster entre personnages ronds et personnages plats.

[Post Express] La cinquième saison du monde de Tristan Ranx

août 18, 2009 Laisser un commentaire

Un des romans les plus attendus de l’année, La cinquième saison du monde de Tristan Ranx, sortira le 27 août aux éditions Max Milo (320 pages, 19,90 euros). On vous dira ce qu’on en aura pensé, bientôt.